La justice réparatrice est une solution donnant du pouvoir dans la Vallée de Cowichan

North Cowichan\Duncan, Voicicequenousfaisons

2020-07-13 13:16 HAP

Aux termes de la Loi sur les langues officielles, ce bureau n'offre des services au public qu'en anglais. Vous trouverez des renseignements généraux dans les deux langues officielles à cb.grc.ca et à www.grc.ca. La présente page est disponible dans les deux langues du fait qu'elle est également publiée sur le site www.grc.ca.

Under the Official Languages Act, this office provides services to the public in English only. You will find general information in both official languages at bc.rcmp.ca and www.rcmp.ca. This page is available in both English and French because it is also posted on bc.rcmp.ca.

Le détachement de la GRC de North Cowichan/Duncan et la Warmland Restorative Justice Society (WRJS) souhaitent que la collectivité de la Vallée de Cowichan connaissent les services non judiciaires offerts par la justice réparatrice.

Parfois, les gens pensent que la seule solution à leur portée lorsqu’ils se croient victimes est d’appeler la police et d’envoyer quelqu’un devant les tribunaux ou en prison. Cependant, la Warmland Restorative Justice Society donne l’occasion de donner du pouvoir aux victimes d’un acte criminel et à leur permettre de se faire entendre. La WRJS, qui œuvre à partir de renvois de la police ou de la collectivité, offre un forum de discussion où toutes les parties peuvent parler de la façon dont un geste les a touchées et décider quel dédommagement correspond à la violation.

Le processus de justice réparatrice peut être utilisé pour diverses questions, et il permettra d’obtenir des résultats différents pour diverses violations. Un forum sur la justice réparatrice tenu récemment est qui traitait du « taggage » et des graffitis, par exemple, a permis à trois garçons de rencontrer les membres de la collectivité touchée, d’assumer la responsabilité de leurs actes et d’écouter les préoccupations sur la façon dont leurs gestes ont touché la collectivité. Dans ce cas, les trois garçons ont écrit une lettre pour s’excuser auprès des personnes touchées. Ce processus est souvent plus rapide que le système de justice pénale, et il est plus probable qu’il permette d’obtenir un important dédommagement rapidement, comme un paiement des dommages ou un changement de comportement. La justice réparatrice peut aussi mener à un résultat approprié pour le vol ou le vol à l’étalage, les bagarres à l’école ou la cyberintimidation, ou encore pour les disputes entre voisins ou les chiens laissés à l’intérieur d’une voiture lors d’une journée chaude.

Denise McArthur est la présidente de la WRJS, qui n’est pas associée au refuge Warmland House. Elle croit que l’organisation peut apporter une contribution positive afin de guérir des membres de la collectivité.

« La justice réparatrice vise à donner du pouvoir aux victimes plutôt qu’à punir les délinquants », a affirmé McArthur. « Nous voulons que les parties touchées se rendent compte qu’elles peuvent influencer le résultat, et aider les parties responsables à assumer la responsabilité de leurs actes. Nos bénévoles peuvent aider à réparer les dommages faits par la méfiance et les malentendus ainsi qu’à fournir des occasions de guérison. »

Les agents de première ligne du détachement de la GRC de North Cowichan/Duncan continueront d’envoyer l’information appropriée aux tribunaux aux fins des poursuites, mais le Sergent d’état-major Chris Swain, sous-officier des opérations, affirme que les renvois vers le processus de justice réparatrice permettent aux victimes de se faire entendre.

« Nos partenariats avec des organisations comme la Warmland Restorative Justice Society aident à faire de nous une meilleur ressource dans la collectivité », a affirmé le Sergent d’état-major Swain. « Les policiers de notre détachement aiment bien pouvoir demander à des partenaires de donner un nouveau point de vue au sujet d’un dossier sur lequel nous enquêtons, ce qui peut mener à un résultat qui convient à tous. »

La Warmland Restorative Justice Society accepte les renvois de la police, mais McArthur incite les membres de la collectivité à communiquer directement avec la WRJS également. Les participants peuvent amorcer le processus gratuitement, puisque le programme est mené par des bénévoles et reçoit des subventions de divers partenaires communautaires.

Vous pouvez obtenir des renseignements supplémentaires sur la Warmland Restorative Justice Society sur le site www.warmlandrestorativejustice.org (en anglais seulement)
 

Diffusé par :

Gend. Carlie McCann

Agente des relations avec les médias
GRC de North Cowichan-Duncan
northcowichan-duncan.bc.rcmp-grc.gc.ca (en anglais seulement)
6060, av. Canada, Duncan (C.-B.) V9L 1V3
Téléphone : 250-748-5522
Télécopieur : 250-746-2126

Courriel : NCD-Media@rcmp-grc.gc.ca

Suivez-nous :
Date de modification :