Une multitude de possibilités dynamiques pour les analystes du renseignement de la GRC

C.-B., Voicicequenousfaisons

2021-01-07 11:52 HNP

Les possibilités de carrière à la GRC sont nombreuses, quelle que soit la formation. La diversité des possibilités d’emploi et l’interaction entre les différents rôles — policiers et civils — expliquent l’efficacité d’une organisation telle que la GRC.

Les analystes du renseignement jouent un rôle dynamique au sein de la GRC. Ils cherchent, colligent, évaluent et analysent des renseignements provenant de différentes sources afin d’élaborer des produits de renseignement qui aident les policiers, les gestionnaires et d’autres intervenants à prendre des décisions. Ils donnent aussi des conseils et formulent des recommandations pour faire progresser le renseignement et les enquêtes criminelles.

Photo d'une analyste de la criminalité.

Selon un analyste de la criminalité du détachement, « chaque jour est différent. Nous travaillons dans un environnement en constante évolution qui nous oblige à nous tenir au courant de sujets tels que les affaires provinciales ou mondiales, les tendances de la criminalité, les progrès technologiques et les dernières méthodes de communication. Nous sommes fréquemment appelés à donner notre avis sur les tendances de la criminalité et à formuler des recommandations opérationnelles, stratégiques et tactiques. Nous fournissons un soutien analytique à tous les grades au sein du détachement. Ce soutien va de rapports statistiques, notamment sur les tendances de la criminalité et les rapports du système Compstat pour la haute direction, à l’analyse de séries de crimes, en passant par les bulletins de sensibilisation et de sécurité des agents et l’assistance générale aux policiers des services généraux ».

Le rôle du renseignement à la GRC est d’éclairer les opérations d’application de la loi et de guider les décisions sur les priorités en matière de police. Les analystes de la GRC sont spécialisés dans l’analyse de la criminalité, du renseignement ou des sources ouvertes, et ils sont responsables de l’analyse tactique, opérationnelle et stratégique. Ce travail requiert des connaissances spécialisées dans la réalisation de recherches et la formulation de recommandations à l’intention des administrateurs de police.

Photo d'une analyste de la criminalité.

Pour un analyste du renseignement qui apporte son soutien aux équipes des projets majeurs du service Crimes graves et Crime organisé de la Police fédérale (CGCOPF), il existe des possibilités de travailler sur des enquêtes relatives à la criminalité transnationale organisée et au trafic international de stupéfiants. « Les dossiers de cette nature offrent des occasions exceptionnelles et stimulantes, et nécessitent des réunions et des séances de stratégie régulières avec d’autres partenaires nationaux et des agences de police internationales telles que le FBI, la DEA, le HSI et la Commission australienne du renseignement criminel. J’ai eu l’occasion de mener des collectes de renseignement, de créer et d’entretenir des relations avec divers analystes, tant au pays qu’à l’étranger, de présenter des exposés à des délégations internationales et de m’investir dans l’analyse opérationnelle dans le cadre d’enquêtes majeures sur le trafic de stupéfiants ».

Un analyste du renseignement de l’Unité mixte d’enquête sur le crime organisé de la Colombie Britannique (UMECO CB) a eu une occasion exceptionnelle de tirer parti de ses connaissances et de son savoir-faire en matière de bandes de motards criminalisés (BMC) d’une façon nouvelle et créative. « En 2019, j’ai été le premier analyste civil au Canada à être qualifié au tribunal comme témoin expert sur les BMC. Il a été souligné que les analystes de la GRC en Colombie Britannique ont généralement été appelés à témoigner sur des produits d’analyses tactiques créés à l’appui d’enquêtes sur des crimes majeurs. Ma qualification a ouvert la voie à d’autres analystes des BMC à travers le Canada qui n’ont pas eu la chance d’être considérés comme candidats pour témoigner en cour. Par suite de cette réalisation, j’ai dirigé et je copréside actuellement un groupe de travail analytique national visant à améliorer le perfectionnement professionnel des analystes des BMC en tant que témoins experts à travers le Canada ».

Pour réussir comme analyste à la GRC, une personne doit posséder un grand souci du détail, la capacité de communiquer efficacement à l’oral et à l’écrit, la capacité de travailler de manière indépendante et en équipe, une connaissance des applications et des logiciels de bureautique pertinents et la capacité d’utiliser un jugement indépendant pour concevoir et mettre en œuvre des méthodologies de recherche. Il ou elle devrait être capable de cerner et de communiquer les possibilités d’amélioration, les pratiques exemplaires et les tendances, que ce soit à l’échelle fédérale ou provinciale ou du point de vue du détachement local.

Veuillez communiquer avec Ediv_Crimintel_recruiting@rcmp-grc.gc.ca si vous souhaitez obtenir plus de détails sur une carrière au sein du Programme d’analyses criminelles de la GRC en Colombie Britannique.
 

Diffusé par

Services de communication de la GRC en C.-B.
Téléphone : 778-290-2929

Suivez-nous :
Date de modification :