Rendons hommage aux répartiteurs de la police au service 9-1-1 de la GRC pendant la Semaine nationale des opérateurs de télécommunications

C.-B., Répartiteurs de la police au service 9-1-1 , Voiciquinoussommes

2021-04-11 10:00 HAP

La scène habituelle montrée dans les films est celle d’une personne qui crie ou qui pleure lorsqu’elle compose le 9 1-1. Mais demandez à n’importe quel répartiteur de la police au service 9-1-1 et il vous dira que c’est très différent dans la réalité.

Christina au sommet du mont Albert Edward et Christina à Foster Lake

Lorsque Christina est jointe au centre de répartition de la police au service 9-1-1 à Courtenay, elle s’attendait à ce que son travail consiste principalement à aider les gens, et de manière générale, c’est le cas. Cependant, c’est beaucoup plus complexe que cela. Christina a rapidement découvert ce qui se passe vraiment dans les coulisses.

« Vous voyez quelque chose sur les médias sociaux ou dans les nouvelles, dit Christina. Vous ne vous rendez pas compte qu’il y a beaucoup de choses qu’on ne vous dit pas; le public n’est mis au courant que d’une petite partie de l’histoire. »

En cette Semaine nationale des opérateurs de télécommunications, du 11 au 17 avril, nous voulons rendre hommage aux femmes et aux hommes courageux qui sont les premières personnes vers qui le public se tourne en cas d’urgence.

« Peu importe l’heure ou l’endroit où nous sommes, les répartiteurs de la police au service 9-1-1 sont toujours là, à veiller sur nous et à assurer notre sécurité », dit la sous-commissaire Jennifer Strachan, commandante de la GRC en Colombie-Britannique. Leur travail se fait peut-être dans l’ombre, mais ils sont tout aussi essentiels au maintien de l’ordre que les agents qui se rendent sur les lieux. »

Nos répartiteurs au service 9-1-1 de la GRC sont les seuls au pays à répondre à plus d’appels à l’aide que toute autre division de la GRC au Canada. Les quelque 300 répartiteurs des quatre centres de répartition de la police au service 9-1-1 de la province ont répondu à 93 180 appels non urgents et à 24 356 appels 9 1 1 pour la police au cours du mois de janvier 2021. D’ici la fin de l’année, les répartiteurs répondront à plus d’un million d’appels non urgents et à plus de 300 000 appels 9 1 1.

Un répartiteur de la police au service 9-1-1 doit recueillir les renseignements pertinents pour déterminer l’intervention d’urgence adéquate qui doit être exécutée en temps opportun afin d’assurer la sécurité du public et de la police. Cependant, les tâches accomplies par un répartiteur sont beaucoup plus complexes que la simple transmission d’information. Les répartiteurs parlent habituellement à des personnes qui peuvent être en grande détresse, effrayées ou blessées. Ils doivent faire appel à leur formation poussée et à leur vaste expérience pour prendre des décisions en une fraction de seconde afin de répondre aux besoins de l’appelant.

Un répartiteur peut répondre à un appel non urgent et parler à quelqu’un à propos de sa voiture qui a été vandalisée. L’appel 9-1-1 suivant peut porter sur une urgence intense impliquant plusieurs personnes. À ce moment-là, le répartiteur se met à l’œuvre et dépêche la police sur les lieux, tout en parlant calmement à la personne qui a composé le 9-1-1, lui demandant de garder la ligne jusqu’à l’arrivée de la police.

« Je m’épanouis dans cet environnement, dit Christina. J’adore quand nous sommes très occupés : recevoir plusieurs appels en même temps, dépêcher la police, écouter la radio. »

Nous considérons nos répartiteurs de la police au service 9-1-1 comme les « premiers » des premiers intervenants. Ils constituent un lien vital entre la population et la police. Ces professionnels doivent être en mesure de prendre en main des situations qui peuvent être chaotiques, déchirantes, stressantes, déroutantes ou frénétiques. En même temps, ils doivent communiquer par radio avec des policiers qui se précipitent sur les lieux ou qui demandent de l’aide.

« Un répartiteur de la police au service 9-1-1 assure la liaison entre le public et le service de police », dit la surintendante Lorna Dicks, la nouvelle officière responsable du programme des centres de répartition de la police au service 9-1-1 de la GRC en Colombie-Britannique. C’est un honneur pour moi de travailler avec ces hommes et ces femmes professionnels qui recueillent des renseignements essentiels auprès des appelants et qui les transmettent ensuite à nos agents de police. Félicitations à nos héros méconnus à l’occasion de la Semaine des opérateurs de télécommunications, et tous les jours de l’année! »

C’est la grande variété des appels qui rend le fait d’être un répartiteur de la police au service 9-1-1 si exaltant. C’est l’une des raisons pour lesquelles Christina aime tant être répartitrice. Il y a aussi les gens avec qui elle travaille. Ils sont comme une famille. Le travail par quarts, soit quatre jours de travail suivis de quatre jours de congé, ne fait que cultiver cette familiarité.

« Le meilleur aspect du travail par quarts est la longue période de jours de congé. Nous pouvons considérer chaque fin de semaine comme une longue fin de semaine », dit Christina.
Pour en savoir plus sur le rôle de répartiteur, lisez le profil de Christina à l’adresse   www.bcrcmp911.ca.

 

Suivez-nous :
Date de modification :